Studio Hörtie

Design graphique & conseil en communication

Utopiales 2017 : le cinéma prend l’affiche

C’est non sans un brin d’excitation que je pousse chaque année les portes des Utopiales pour me plonger dans l’univers bouillonnant de ce festival de science fiction nantais. L’objectif des Utopiales est d’ouvrir au plus grand nombre et faire découvrir de manière très qualitative le monde de la prospective, des technologies nouvelles et de l’imaginaire.

Son programme dense permet à chaque visiteur de trouver son bonheur. Conférences physico-mathématiques, thèmes philosophiques, découvertes médicales, approches vidéo-ludiques, projections de films et courts métrages, débats d’actualité et j’en passe : il y en a pour tous les goûts ! Pour ma part ce n’est pas tant l’univers SF qui me pousse à assister à cet évènement (l’univers dark-scientifico-technologico-spatial est assez loin de mon univers pastel minimaliste ^^) mais plutôt tous les questionnements qui gravitent autour de la question de « futur », de la place de l’homme dans son rapport aux machines, de l’enjeu écologique & politique, de la notion de « digital natives », etc…

Mais cette année, en plus de la farandole de conférences intéressantes je suis tombée
nez à nez avec le travail de Laurent Durieux.

À peine avais-je mis un pied dans le hall de la Cité des Congrès que j’étais happée par le travail monumental de cet artiste belge. En effet, pour la graphiste passionnée d’illustration que je suis, j’ai découvert devant moi le savant mélange d’ingrédients visuels et techniques qui fait pendre les mâchoires des amateurs de design. Au travers d’une cinquantaine d’affiches, Laurent Durieux nous fait redécouvrir les chefs-d’œuvre qui ont marqué l’histoire du cinéma.

« Lorsque la passion du cinéma rencontre le talent de graphiste, il est presque légitime de s’attendre à une production de qualité. Les images de Laurent Durieux vont au-delà. Créateur de l’affiche de cette 18e édition du festival, Laurent Durieux nous invite au voyage dans chacun de ses visuels. Véritables travaux d’orfèvre, petits bijoux ciselés de main de maître, interprétations bourrées d’humour ou décalées, ses images évoquent plus que jamais cette nostalgie du futur que nous rêvons d’avoir vécu. Chaque œuvre revisitée nous renvoie au regard béat du spectateur que nous avons été et que nous souhaitons redevenir. La grande exposition des Utopiales nous entraine dans ce passé cinématographique, au gré de la minutie artistique de Laurent Durieux, nous laissant dans l’attente de ses images futures. »

Alors à tous les passionnés de l’image, les cinéphiles, les curieux, les graphistes, les illustrateurs et les autres, je vous invite à vous précipiter à la Cité des Congrès avant dimanche 5 novembre et à vous délecter du travail de ce génie. Et pour les non-nantais, je vous glisse ici une petite sélection de mes coups de cœur d’hier.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer